Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

AGROMEL

Les besoins annuels en céréales de l'Algérie sont estimés à quelques 8 millions de tonnes. Notre pays, qui accuse un déficit important en crescendo, importe près de 75% de ses besoins soit plus de 5 millions de tonnes de blé.
La consommation de blé par habitant dans notre pays est l'une des plus élevée au monde soit 230Kg /an. Nous somme le premier importateur au monde de blé par habitant (5% environ de la production mondiale exportée). La facture d'importation du blé tendre et du blé dur augmente d'année en année.
Dans un très proche avenir, L'Algérie sera affectée de plein fouet par la rareté et la cherté des céréales. A cet effet, Elle doit accorder une priorité absolue à l'agriculture, seule porte de secours pour pallier aux difficultés majeures de l'avenir. L'urgence de prise de mesures immédiates n'est plus à démontrer. A cet effet, notre pays bénéficie, de conditions favorables pour une nouvelle politique agricole. Il jouit d'une surface agricole utile d'environ 47 millions d'ha (3% du territoire national) répartie en :
  • 7.5 millions d'ha pour les céréales
  • 1 million d'ha pour les cultures pérennes
  • 32 millions d'ha pour les parcours steppiques
  • 7 millions d'ha de forets, maquis, steppe à alfa
Lactamel Agromel La surface des 7.5 millions d'ha consacrée pour les céréales aurait du satisfaire à nos besoins, même avec des rendements particulièrement faibles de 10 à 15 quintaux/ha en moyenne. Il n'en est rien.
Cette faiblesse dans les rendements est due en général à des semences mal sélectionnées, à la faible technicité des agriculteurs algériens, au manque d'utilisation des produits phytosanitaires et intrants, mais elle est surtout due en particulier aux sécheresses récurrentes auxquels notre pays est confronté.
Ces dernières demeurent une contrainte immuable pour notre céréaliculture, et nous nous obstinons depuis des générations, à négliger ce paramètre important.
L'illustre penseur Ibn Khaldoun, relate dans ses pérégrinations à travers les pays du Maghreb que les sécheresses sévissent de manière cyclique et durent de 5 à 6 ans en moyenne, et que la période d'abondance des récoltes a lieu uniquement tous les 7 ans.
Face à ces contraintes hydriques séculaires et aux changements climatiques actuels qui viennent aggraver notre déficit en pluie, nous n'avons d'autres alternatives que de développer la céréaliculture en irriguée.
Agromel se donne justement pour mission de promouvoir la céréaliculture en irrigué sur les terres steppiques. Elle est consciente que cela ne sera pas une tache facile. Les terres steppiques abritent des plantes fossiles (alfa, thym, armoise…), si leurs racines sont arrachées à l'occasion d'un labourage ou d'un surpâturage, elles ne se régénèrent pas. Ces sols labourés par l'homme en automne après des premières pluies promettant une année abondante, sont délaissées les années suivantes, pour cause de sécheresse qui peut sévir pendant 5 à 6 années de suite. Mais entre-temps, Les sols dépourvus de leurs biotopes naturels (alfa, thym… etc.), sont envahis progressivement par le sable, et deviennent inutilisables par la suite, pour les cultures.
Agromel a mis au point avec le concours de plusieurs experts une méthode de culture de céréales et oléagineux en irrigué qui non seulement assurera de très bonnes récoltes, mais permettra aussi de faire reculer le phénomène de désertification.
Le rendement à l'hectare du blé tendre en irrigué peut atteindre 100 quintaux (exemple de l'Arabie Saoudite). A cet effet, moins d'un million d'ha de surface agricole steppique suffisent à nous assurer une couverture totale de nos besoins en céréales.
En assolement et rotation des céréales, Agromel propose la plantation de la graine protéo-oléagineuse de soja. Ce type de plantation est préférable par rapport à d'autres, car elle présente un fort rendement en irrigué (40 quintaux/ha), et ses tourteaux sont très appréciés par les fabricants d'aliments pour bétail. Par ailleurs, son utilisation dans les systèmes de culture permet une gestion durable de la fertilité des sols entraînant une plus grande production de biomasse mieux que la pratique traditionnelle de la jachère. Ses fanes serviront à l'alimentation des animaux, produisant un fumier riche en éléments nutritifs.
     
     
     
     
Contact  
Adresse : 92, Zone Industrielle - Sidi Bel Abbés  
Tél. : +213 (0) 40 42.61.20 Fax : +213 (0) 48 55.78.23  
 
Accueil - Présentation - Wifak - Nutrior - NutriWest - Agromel - Salon SIAC - Recherche & Développement - Dossier de presse - Contact