Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Salon SIAC ( le salon international de l'aviculture et de la chèvre )

En un demi-siècle, la part des cultures destinées à l’alimentation animale a fait un bond spectaculaire en raison de la consommation croissante de denrées alimentaires d’origine animale (viande, lait, œufs). 70% de la surface agricole mondiale, en pâturages ou en cultures, est consacrée actuellement à la production d’aliments pour animaux. 30% des céréales produits dans le monde sont destinés à nourrir les animaux pour la production de viande, alors que la graine de soja qui représente plus de 42% de la production mondiale des cultures oléo-protéagineuses, est destinée presque exclusivement à l’alimentation animale.
Au cours des prochaines décennies, la pression démographique qui va être exercée sur notre planète, et la pénurie alimentaire qui va en résulter, mettra l’humanité devant un véritable dilemme, soit de continuer à consacrer ses 70% de sa surface agricole aux cultures à destination de l’alimentation animale, soit de les réduire pour les dédier directement à la nourriture des populations. Un hectare en effet, peut produire assez de blé à destination des pays du Maghreb, pour nourrir 30 personnes en une année, alors que pour satisfaire les exigences en viande rouge du consommateur des pays développés, cette surface va couvrir à peine les besoins pour 2 personnes.
Si l’humanité veut éviter un chaos, elle ne pourra plus se permettre le luxe de maintenir pour les pays développés, leurs modes de consommation actuelle en viande rouge, sachant que pour en produire 1kg de cette denrée, il faut lui consacrer 323 m² de surface agricole, alors que dans le même temps, cette surface peut produire 200Kg de céréales ou 120Kg de pomme de terre. Il faut en effet, 10Kg de grains de céréales et de soja pour produire 1Kg de viande rouge. Les productions animales représentent 47% de la consommation mondiale en eau. Selon les études, pour produire 1kg de bœuf, nous avons besoin d’utiliser entre 17.000 et 43.000 litres d’eau d’irrigation, alors que seulement 900 litres sont nécessaires pour produire 1Kg de blé. Quant à production laitière, 840 litres d’eau d’irrigation sont nécessaires pour produire un litre de lait de vache. L’ingestion croissante de produits carnés et laitiers va accentuer les besoins en eau d’irrigation. Or, cette eau douce sera de plus en plus rare et de plus en plus chère.
Les pays en situation de stress hydrique récurent et menacés par la désertification tels que L’Algérie, auront-il les moyens de produire des viandes rouges bovine et ovine à un prix abordable pour le consommateur d’ici quelques années?
Par ailleurs, l’élevage bovin est responsable, à cause de fermentations digestives du rumen, de l’émission de 37% de méthane (gaz à effet de serre) dans l’atmosphère.
A l’avenir, l’humanité n’aura d’autre alternative, pour préserver son environnement et s’offrir des protéines animales relativement propres à produire, que de développer davantage la production de viandes banches notamment le poulet d’engraissement. En effet seuls 2Kg d’aliments à base de céréales et de tourteaux d’oléagineux sont nécessaires pour produire 1Kg de viande de poulet, et cette production ne nécessite qu’une surface agricole de 53m² et 3.500 litres d’eau, alors que pour produire 1Kg d’œuf, seuls 44m² sont nécessaires.
Dans les pays du Maghreb, les aléas climatiques limiteront inévitablement la production de cultures et pâturages dédiés au cheptel laitier bovin. Pour aspirer à leurs autosuffisances en lait, ces pays doivent développer impérativement l’élevage de chèvres laitières. En effet, La chèvre, en élevage intensif peut produire jusqu’à 700Kg de lait par an pour une surface irriguée deux fois moins supérieure par rapport à celle nécessaire pour une vache laitière.
Toutes ces raisons m’amènent à créer ce premier salon pour offrir un lieu de rencontres et d’échanges indispensables à une promotion raisonnée de l’élevage avicole (source de protéines) et de l’élevage de chèvre (source de lait).
     
     
     
     
Contact  
Adresse : 92, Zone Industrielle - Sidi Bel Abbés  
Tél. : +213 (0) 40 42.61.20 Fax : +213 (0) 48 55.78.23  
 
Accueil - Présentation - Wifak - Nutrior - NutriWest - Agromel - Salon SIAC - Recherche & Développement - Dossier de presse - Contact